20.6.13

Lettre au petit prince

Vas-y la vie ! Ils sonnent drôles ces mots à la fin d'un texte qui m'a fait venir les larmes aux yeux... mais elles sont là, tellement tout près aussi les larmes en ce moment. Près et prêtes à rouler. Comme ce ciel qui dégouline, qui déborde en averses comme en sanglots... Un ciel prémonitoire.
Vas-y la vie ! J'aurais pu les écrire il y a deux ans et demi ces petits mots là. Ils ressemblent à cette étape qu'on franchi en s'en remettant, si ce n'est au destin, au moins à un tiers... Une nouvelle aventure, surtout humaine, ce matériau vivant que je chéris tant, à l'excès sûrement. 
Une aventure aussi dans ce qu'elle comporte d'inconnus et de rebondissements. Je n'ai pas eu droit au round d'observation. L'Humain en question a pris le large, a pris des coups... tout de suite, sans que je puisse moi prendre le temps de l'apprivoiser, de régler mon pas sur le sien. Lui le taiseux, moi la bavarde. Lui l'amoureux des nuances de gris, moi qui ne comprend que la bichromie. Lui le méfiant, moi la confiante. Lui le flegmatique, moi l'émotive. Un British et une méditerranéenne, les antipodes.
Il nous a fallu un peu de temps, quelques portes qui claquent, d'autres qui se ferment, pour lui me faire définitivement confiance, et moi accepter ses silences. Il nous a fallu des temps ailleurs aussi, des parenthèses et des vacances, des enfants qui jouent ensemble et des filles qui papotent, trois réveillons et une ribambelle de dimanches pour que ma famille s'agrandisse et son cercle s'élargisse. On s'est apprivoisés... comme le Petit Prince et le Renard... Et moi aussi, je me souviendrai des champs de blé.

- Qu'est-ce que signifie "apprivoiser", dit le Petit Prince ?- C'est une chose trop oubliée, dit le renard. Ça signifie "créer des liens..."- Créer des liens ?- Bien sûr, dit le renard. Tu n'es encore pour moi qu'un petit garçon tout semblable à cent mille petits garçons. Et je n'ai pas besoin de toi. Et tu n'as pas besoin de moi non plus. Je ne suis pour toi qu'un renard semblable à cent mille renards. Mais, si tu m'apprivoises, nous aurons besoin l'un de l'autre. Tu seras pour moi unique au monde. Je serai pour toi unique au monde...(...)
- Ma vie est monotone. Je chasse les poules, les hommes me chassent. Toutes les poules se ressemblent, et tous les hommes se ressemblent. Je m'ennuie donc un peu. Mais, si tu m'apprivoises, ma vie sera comme ensoleillée. Je connaîtrai un bruit de pas qui sera différent de tous les autres. Les autres pas me font rentrer sous terre. Le tien m'appellera hors du terrier, comme une musique. Et puis regarde ! Tu vois, là-bas, les champs de blé ? Je ne mange pas de pain. Le blé pour moi est inutile. Les champs de blé ne me rappellent rien. Et ça, c'est triste ! Mais tu as des cheveux couleur d'or. Alors ce sera merveilleux quand tu m'auras apprivoisé ! Le blé, qui est doré, me fera souvenir de toi. Et j'aimerai le bruit du vent dans le blé... 
Le renard se tut et regarda longtemps le petit prince:- S'il te plaît... apprivoise-moi ! dit-il.(...)
- Que faut-il faire? dit le petit prince.- Il faut être très patient, répondit le renard. Tu t'assoiras d'abord un peu loin de moi, comme ça, dans l'herbe. Je te regarderai du coin de l'œil et tu ne diras rien. Le langage est source de malentendus. Mais, chaque jour, tu pourras t'asseoir un peu plus près...(...)
Ainsi le petit prince apprivoisa le renard. Et quand l'heure du départ fut proche:- Ah! dit le renard... Je pleurerai.- C'est ta faute, dit le petit prince, je ne te souhaitais point de mal, mais tu as voulu que je t'apprivoise...- Bien sûr, dit le renard.- Mais tu vas pleurer ! dit le petit prince.- Bien sûr, dit le renard.- Alors tu n'y gagnes rien !- J'y gagne, dit le renard, à cause de la couleur du blé.Puis il ajouta:- Va revoir les roses. Tu comprendras que la tienne est unique au monde. Tu reviendras me dire adieu, et je te ferai cadeau d'un secret.Le petit prince s'en fut revoir les roses. (...)Et il revint vers le renard:- Adieu, dit-il...- Adieu, dit le renard. Voici mon secret. Il est très simple: on ne voit bien qu'avec le cœur. L'essentiel est invisible pour les yeux.



2 commentaires:

a little story to tell you + Blog design by labinastudio.